A&I UNSA Créteil

Syndicat de l’administration et de l’intendance

Accueil > C.H.S.C.T. Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail > DECLARATION LIMINAIRE AU CHSCTA DU 28 MAI 2020

DECLARATION LIMINAIRE AU CHSCTA DU 28 MAI 2020

dimanche 31 mai 2020, par Patricia Mangin

Monsieur le Président du CHSCT Académique, Mesdames, Messieurs membres du CHSCT, Chers collègues,

Un CHSCTA pour faire le point sur le déconfinement a lieu ce jour en visio.
Ce CHSCT A est convoqué et nous manifesterons notre colère, une fois de plus !
Nous soulignons votre volonté, M. le recteur de nous tenir informé et de respecter vos engagements. Nous comprenons les difficultés que vous pouvez rencontrer pour mettre en place toutes les mesures protocolaires pour la sécurité des élèves et des personnels. Cependant, nous constatons avec consternation et colère que vous n’avez pas les moyens pour y parvenir.
Cependant, notre ministère dit :

  • "Le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse met donc à disposition de ses agents en contact direct avec les élèves au sein des établissements des masques dits « grand public » de catégorie 1. (Protocole sanitaire des établissements secondaires – p7).
  • "Le port d’un masque grand public est obligatoire en présence des élèves et dans toutes les situations où le respect des règles de distanciation n’est pas garanti. (Fiche thématique "Personnels" du protocole sanitaire des établissements secondaires).

Les mesures actuelles valent pour les EPLE qui ne sont pas encore officiellement ouverts au public. Lorsque ce sera le cas, ils disposeront des outils nécessaires à la gestion de la pandémie tels les masques.
Où en sommes-nous ?
Dans les EPLE toujours pas de masque. Seuls les agents territoriaux en sont pourvus. Les personnels de direction, les personnels de vie scolaire, les administratifs et médicaux sociaux : RIEN !
« Portez le masque, respectez les distances, protégez-vous ! »
La région IDF fait le nécessaire, les mairies font le nécessaire, les départements répondent parfaitement présents, mais que fait notre ministère ?
On nous dit : il faut être dans votre établissement pour ouvrir les mails, les courriers divers, payer les factures, les bourses pour que la fin d’année se termine correctement, organiser la rentrée (hypothétique futur d’un demain qui sera de toute façon différent). Alors en fonctionnaires responsables, nous sommes là avec nos propres masques, même pendant le confinement, dans des sanitaires non nettoyés, des bureaux sans entretien, on travaille parce qu’on nous le demande ici, menace là… ou pire on nous culpabilise.
Nous ne disons pas non car, comme les personnels enseignants, nous voulons la réussite des élèves. Nous voulons que les locaux soient accueillants et sécurisants, nous voulons la continuité du service public d’éducation.
Mais devons-nous nous taire pour autant ?
L’UNSA-Education demande comment notre ministère peut ignorer à ce point le fonctionnement des EPLE ?
Oui, les collèges et lycées sont fermés, mais depuis plusieurs jours les opérations d’inscription des élèves sont entamées. Les parents viennent chercher des dossiers, ils viennent les rapporter et faire les démarches d’inscription. Ils viennent déposer des dossiers de bourses de lycée pour lesquels nous accusons réception.
Les manuels scolaires sont récupérés et que je sache ...ils ne viennent pas tout seul ! Les entreprises extérieures interviennent, d’autant plus souvent qu’il n’y a pas d’élèves.
Donc, oui, nous recevons du public.
Sans être désobligeante expliquez-nous, s’il vous plait, pourquoi il a été distribué des masques aux personnels du rectorat, qui, lui aussi est sensé ne pas recevoir de public ?
La réponse se trouverait elle dans le nombre de personnels ? On ne gère pas des centaines d’agents comme on gère 2, 3 ou 5 administratifs en EPLE... nous n’osons pas imaginer que là est la réponse ?
Pourquoi avez-vous distribué des masques aux personnels des EPLE qui accueillent des enfants de soignants ? Nous pouvions très bien et facilement respecter les mesures de distanciation. A-t-on peur que l’opinion publique ne s’en offusque si cela n’avait pas été fait ?
A ce jour, notre ministère ignore ces dizaines, des centaines d’administratifs à qui on a demandé de faire du présentiel (parce que c’était tout simplement indispensable !).
A ce jour, nous évoluons sans masque alors que les autres personnels sont protégés et bien protégés par les collectivités.
Reconnaissez simplement qu’il y a un dysfonctionnement coupable et majeur et que le ministère s’excuse, comme nous sommes capables de le faire quand nous nous trompons aussi.
Notre colère ne retombera pas comme cela. Et ce n’est pas la promesse de quelques primes qui calmera cette colère !
Monsieur le Président du CHSCT Académique, Mesdames, Messieurs membres du CHSCT,
Chers collègues, merci de votre écoute.

Patricia MANGIN
Titulaire

Maëve TREILLET
Suppléante